Author Archives: inobox

du temps où l’on apprends des choses…

Il s’appelait Olivier. Olivier D. « D » parce que je ne crois pas pouvoir révéler son nom. Je veux que ce nom appartienne encore à quelqu’un quelque part. Quelqu’un qui le chérisse, le protège dans un cocon de mémoire, puisse sortir … Continue reading

Posted in Uncategorized | Leave a comment

ces moments où j’abandonne.

Tu me dis de m’asseoir sur la table de la salle-à-manger. En t’attendant j’avais commencé à me déshabiller, je n’ai plus sur moi que mes chaussettes et une chemise fine en soie blanche, alors en m’asseyant je sens bien le … Continue reading

Posted in Uncategorized | Tagged | Leave a comment

Le sonnet des testicules, Eugène Mimonce (1846-1923)

  De mes ardeurs, vous êtes le doux véhicule. Pudiques je vous sais, étonnants tubercules, Vous vous escamotez, par peur du ridicule, Sous un duvet charmant, frisettes minuscules. Toujours par deux allez car quand l’un gesticule, Son frère communie avec … Continue reading

Posted in Uncategorized | Leave a comment

avant de t’endormir

Nous sommes au lit. Je pose mes lèvres sur les tiennes, me coule le long de toi allongeant bras et jambes pour me sentir tout contre ta peau, au plus près de ta chaleur, confondant nos chairs dans l’intimité d’un … Continue reading

Posted in Uncategorized | Tagged | Leave a comment

à propos de Zorba…

Pour animer le regard désenchanté qu’un homme pose sur ses difficiles relations avec Dieu, Nikos Kazantzaki a écrit Alexis Zorba. Michael Cacoyannis pour réaliser son film isole les meilleurs éléments du livre et les rend définitivement beaux et inoubliables sur … Continue reading

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Jack-Alain Léger, n’est plus à la fenêtre.

je suis à la fenêtre toi tu es dans la baignoire tes pieds dépassent je peux les voir dans la glace de l’armoire il y a ce disque idiot qui est rayé au milieu et les tarots, que je te … Continue reading

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Dezső Kosztolányi

“Notre amitié avec Kornél s’approfondit vraiment quand les premiers boutons, bourgeons pourpres de la puberté, firent leur apparition sur mon front. Nous étions comme cul et chemise. Nous lisions et nous discutions. Moi, je lui tenais tête, je réfutais ardemment … Continue reading

Posted in Uncategorized | Leave a comment